Disparition de Valentin MOUSSET

12 février 2020

Voeux 2020

Valentin

Posté par YM Mousset à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 janvier 2020

Wishes of Valentine's parents for 2020

20, Valentin you had just celebrated your 20th birthday when you disappeared on August 22nd, 2013 in the Dhauladar mountain in the Himalayas. 

So, with Christine, we are taking advantage of the transition to this symbolic figure to give you and your friends some news and to express wishes of hope for 2020 ,while continuing on our way as suggested by Jacques Prévert: "We should try to be happy if only to set an example. " 

Valentin, after reaching the summit of Moon Peak in the company of François-Xavier, on the way back you left without leaving an address.  

Since that day we have never stopped looking for you. We trust and hope that one day information will shed light on your disappearance. Admittedly we did not climb the mountains but as Christine says we moved them, day after day, tirelessly, to understand what happened to you. When I tell you that we have not climbed the mountains, it is from the summit of Moon Peak I am talking about, because in June 2014 with friends, Mireille, Jean-Marie and Joël we went up to the col d 'Indhara. We followed in your steps. I let you imagine what you did to our old bones, we were no longer 20 years old! During this magnificent ascent with constant view of the Moon Peak, we felt your presence and have an "incredible" memory of it.

It was at the very end of this stay at Mac Leod Ganj that your backpack, one of your shoes and the clothes you were wearing that day were brought back to the police station. 

This is the great mystery of your disappearance.

The multiple searches that we organized in the mountains, with teams of local trekkers or French high mountain guides, all of whom became our new friends from India and Savoy, did not find you.  So much so that at the start of 2020, with U2 I still have to sing or shout as you taught me in your car:

 

“I Still Haven't Found What I'm Looking For”.

To tell you where we are today in our research, I'm going to take inspiration from this anaphora by the writer Philippe Lançon:  

We are told that you had a fatal accident while descending from Moon Peak but we do not know. 

We are told that you fell into a crevasse but we do not know. 

We are told you would have died of hypothermia but we don't know. 

We are told that the torrent would have taken your things but we do not know.  

We are told that you could have had a bad encounter but we do not know. 

We are told that you would have been forced to live elsewhere but we do not know. 

We are told that you may be alive but we do not know.  

We are told what to think but we do not know.  

We are told that we should not dream, but that we do not believe it.

Following all the unsuccessful searches and the various hypotheses put forward, we requested French justice. A Request for International Criminal Mutual Assistance has been filed with the Indian authorities, it has been in progress since February 2019. For the past year, no information has been transmitted to us. From this procedure we await explanations on what could have happened on that afternoon of August 22nd and in the days that followed. We are always trying to understand, we are ready to accept reality whatever it is.


The wait is so long. The uncertainty is so heavy. Absence is so difficult.

We have been to Mac Leod Ganj five times in India since 2013 and we will return there in May 2020. We met beautiful people there and created a network of Indian and European friends who live there. They all helped us a lot and supported us in our research. We are still in their thoughts. 

You are still in their thoughts. 

Wherever you are, you are close to them.  

Your friends from Pouzauges, Nantes and Toulouse also greatly supported us with their presence and their words of friendship. Some are always present with us.

To help us live, to maintain relationships and exchanges with young people and to offer our affection, we regularly welcomed young students from China and India over the weekend. They have now completed their studies and we remain very close. They would have dreamed of knowing you.   

"Mum, I'm 20 years old, if I don't start my humanitarian commitments now when will I?" 

Christine listened to you, she is now retired and has engaged in training and humanitarian missions with migrants. She also walks on the Chemin de Compostelle.

I will finish my second term as a mayor in March and I have chosen not to stand for re-election. I hadn't been singing for six years, I couldn't. As I am also retired since January 1, I decided to join the choir « Les Chœurs de France ».

So, as a conclusion, I give you this extract from the song "Since you are leaving" by JJ Goldman:   

 Because there are pains that only cry inside 

Since your house 

is today the horizon 

In your exile try to learn to come back 

But not too late

 

Posté par YM Mousset à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2020

Voeux des parents de Valentin pour 2020

carte de voeux 2020

 

2020

20, Valentin tu venais de fêter tes 20 ans lorsque tu as disparu ce 22 août 2013 dans la montagne Dhauladar en Himalaya. 

Alors, avec Christine nous profitons du passage à ce chiffre symbolique pour te donner, ainsi qu’à tes amis, quelques nouvelles et formuler pour 2020 des vœux d’espérance tout en poursuivant notre chemin sur la voie proposée par Jacques Prévert          « Il faudrait essayer d’être heureux ne serait-ce que pour donner l’exemple. »

Valentin, après avoir atteint le sommet du Moon Peak en compagnie de François-Xavier, sur le chemin du retour tu es parti sans laisser d’adresse.

Depuis ce jour nous n’avons cessé de te chercher. Nous avons confiance et espérons qu’un jour des informations apporteront un éclairage sur ta disparition.

Certes nous n’avons pas gravi les montagnes mais comme dit Christine nous les avons déplacées, jour après jour, sans relâche, pour comprendre ce qui t’est arrivé. 

Quand je te dis que nous n’avons pas gravi les montagnes, c’est du sommet du Moon Peak dont je parle, parce qu’en juin 2014 avec les amis, Mireille, Jean-Marie et Joël nous sommes bien montés au col d’Indhara. Nous avons suivi tes pas. 

Je te laisse imaginer ce que tu as fait subir à nos vieux os, nous n’avions plus 20 ans! 

Au cours de cette magnifique ascension avec vue constante sur le Moon Peak, nous avons senti ta présence et en gardons un souvenir « incroyable ».

C’est à la toute fin de ce séjour à Mac Leod Ganj que ton sac à dos, l’une de tes chaussures et les vêtements que tu portais ce jour-là ont été rapportés au commissariat. 

 C’est là le grand mystère de ta disparition

Les multiples recherches que nous avons organisées en montagne, avec des équipes de trekkers locaux ou bien des guides français de haute montagne, tous devenus nos nouveaux amis d’Inde et de Savoie, n’ont pas permis de vous retrouver .

Si bien qu’en ce début d’année 2020, avec U2 je dois toujours chanter, voir crier comme tu me l’as appris dans ta voiture :

“I Still Haven't Found What I'm Looking For”.

Je n'ai toujours pas trouvé ce que je cherche. 

Pour te dire où nous en sommes aujourd’hui dans nos recherches je vais m’inspirer de cette anaphore de l’écrivain Philippe Lançon :

On nous dit que tu as eu un accident mortel dans la descente du Moon Peak mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que tu serais tombé dans une crevasse mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que tu serais mort d’hypothermie  mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que le torrent aurait emporté tes affaires mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que tu aurais pu faire de mauvaises rencontres mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que tu aurais été contraint d’aller vivre ailleurs mais nous n’en savons rien. 

On nous dit que tu serais peut-être vivant et que tu aurais pu demander de l'aide auprès de communauté locale mais nous n’en savons rien. 

On nous dit ce qu’il faut penser mais nous n’en savons rien.

On nous dit qu'il ne faut pas rêver, mais ça, nous ne le croyons pas.

Suite à toutes les recherches infructueuses et aux différentes hypothèses envisagées, nous avons sollicité la justice française. Une Demande d’Entraide Pénale Internationale a été déposée auprès des autorités indiennes, elle est en cours depuis février 2019. Depuis un an, aucun élément d’information ne nous a été transmis. De cette procédure nous attendons des explications sur ce qui a pu se passer cet après-midi du 22 août et dans les jours qui ont suivi. Nous cherchons toujours à comprendre, nous sommes prêts à accepter la réalité quelle qu’elle soit. 

L’attente est si longue. L’incertitude est  si pesante. L’absence est si difficile.

Nous sommes allés cinq fois en Inde à Mac Leod Ganj depuis 2013 et nous y retournerons en mai 2020. Nous y avons fait de belles rencontres et créé un réseau d’amis indiens et européens qui vivent là. Ils nous ont tous beaucoup aidés et soutenus dans nos recherches. 

Nous sommes toujours dans leurs pensées. 

Tu es toujours dans leurs pensées. Où que tu sois, tu es proche d’eux.

Tes amis de Pouzauges, de Nantes et de Toulouse nous ont aussi beaucoup accompagnés par leur présence et leurs mots d’amitié. Certains sont toujours bien présents auprès de nous.

Pour nous aider à vivre, à garder des relations et des échanges avec des jeunes et à proposer notre affection nous avons accueilli régulièrement le week-end des jeunes étudiantes originaires de Chine et d’Inde. Elles ont maintenant terminé leurs études et nous restons très liés. Elles auraient rêvé de te connaître.

« Maman, j’ai 20 ans, si je ne commence pas maintenant mes engagements humanitaires quand est ce que je le ferai! »

Christine t’a écouté, elle est désormais à la retraite et s’est engagée dans des missions de formation et d’humanité auprès de migrants. Elle marche aussi sur le Chemin de Compostelle.

Je vais terminer mon second mandat de maire en mars et j’ai choisi de ne pas me représenter. Je ne chantais plus depuis six ans, je ne pouvais pas. Comme je suis aussi à la retraite depuis ce 1er janvier, j’ai décidé d’intégrer la chorale des Chœurs de France.  

Alors, en guise de conclusion je te livre cet extrait de la chanson « Puisque tu pars » de JJ Goldman:

Parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison
Aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton exil essaie d'apprendre à revenir
Mais pas trop tard 

Yves-Marie

22 janvier 2020

Posté par YM Mousset à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juillet 2015

Poursuite des investigations concernant la disparition de Valentin

Fin mai 2015, nous avons reçu à notre domicile toutes les affaires de Valentin découvertes dans la montagne Dhauladar le 14 juin 2014 par trois trekkers indiens. Sept mois de démarches en lien avec le Ministère des Affaires Etrangères et l'Ambassade de France en Inde ont été nécessaires pour que cet envoi se concrétise.

En observant l'état du matériel (appareil photo, téléphones) et des vêtements rien ne nous permet vraiment de croire que le corps de Valentin ait pu être déshabillé par le débit d'eau d'un torrent.

Nous avons demandé au Procureur de la République de Vendée la réouverture de l'enquête afin d'effectuer des investigations complémentaires en France sur l'ensemble des objets retrouvés. Cette enquête nous permettra peut-être d'approfondir et de compléter les analyses effectuées en Inde et d'apporter un éclairage précis sur ce qui s'est passé lors de la disparition.

Le Procureur de la République a autorisé une investigation en France qui est en cours de réalisation en lien avec l'IRCGN (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale).

Cette requête nous a semblé nécessaire et légitime. La Justice française va faire son travail et contribuer à une meilleure compréhension des évènements liés à la disparition de Valentin et François-Xavier.

Par ailleurs, nous continuons à mener des recherches parallèles car nous ne pouvons exclure d’autres hypothèses que celle d'un accident de montagne.

 ----------------------------

In late May 2015, we received our home all the affairs of Valentin discovered in the mountain Dhauladar 14 June 2014 by three Indian trekkers. Seven months of proceedings in connection with the Foreign Ministry and the Embassy of France in India were necessary for this shipment is realized.

By observing the condition of the equipment (camera phones) and clothing nothing really allows us to believe that  the body of Valentin has been stripped by the flow of water from a stream.


We have asked the Prosecutor of the Vendée reopening of the investigation to conduct further investigations in France 
on all the objects found. This survey may allow us to deepen and complete the analyzes carried out in India
and provide a specific light on what happened in the disappearance.
The Prosecutor has authorized an investigation in France is underway in connection with the IRCGN
(Institute of Criminal Research of the National Gendarmerie).
This request did seem necessary and legitimate. The French Justice will do its job and contribute to a better
understanding of events related to the disappearance of Valentin and François-Xavier.
Furthermore, we continue to conduct parallel research because we can not exclude other hypotheses than
a mountaineering accident.

 

 

Posté par YM Mousset à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2014

Rapports sur l'expédition de recherche de septembre 2014 et questionnements

Nous avons reçu récemment les rapports écrits concernant l’expédition de recherche qui a  été faite du 16 au 20 septembre dernier dans la zone où ont été découvertes les affaires de Valentin,  ainsi que les résultats des analyses des vêtements , téléphone et appareils photo.
 
Même si les deux corps de nos enfants n’ont pas été retrouvés ni aucun autre indice les concernant, les autorités indiennes et françaises concluent à la mort accidentelle en montagne. Il est supposé que Valentin a chuté dans un glacier ou dans un torrent et que le débit d’eau l’a déshabillé, ce qui expliquerait que l’on ait retrouvé ses affaires sans son corps.
 
Pour ce qui concerne cette dernière expédition, 26 personnes ont participé à la recherche des corps de Valentin et François-Xavier. Cette expédition a permis d’explorer les lieux où les affaires ont été trouvées en juin 2014 (glacier, cascade, torrent). Une zone n’a pas pu être fouillée en intégralité compte-tenu de sa dangerosité. Au vu des rapports, les recherches ont été effectuées avec des moyens humains et matériels adaptés. Le coordinateur de l’expédition considère que lui et son équipe ont fait le maximum quant aux recherches dans le secteur concerné.
 
Pour ce qui concerne les rapports d’analyse :
-          La carte mémoire de l’appareil photo permet de confirmer que les 3 dernières photos ont été prises entre 12h et 12h15 (heure indienne)
-          Sur le téléphone emprunté par François-Xavier à un autre stagiaire il est enregistré un appel en direction du 112  (secours européen) à 18h30 (heure indienne) sans qu’une connexion n’ait pu être établie.
-          Les vêtements , malgré des déchirures, sont demeurés dans un état de conservation convenable, compatible nous dit-on avec un séjour prolongé dans l’eau froide. Il n’y a pas de traces de morsures ou griffures d’origine animale. Il n’y a pas de trace de sang observé.
-          Il n’est pas fait état de l’observation du livre qui était dans le sac à dos.
-          La zone de découverte des affaires a bien été survolée par deux hélicoptères début septembre 2013. Il nous est indiqué que la partie inférieure de ce secteur était, au moment des survols, dans une zone d’ombre et offrait donc une visibilité limitée.
 
Pour ce qui concerne les auditions des trois trekkeurs indiens ayant retrouvé les affaires (sac et chaussure le 12 juin et vêtements le 18 juin 2014) 
-          2 trekkeurs ont été interrogés, leur témoignage n’apporte pas d’information particulière sur le contexte de la découverte
-          Le 3° trekkeur considéré comme le leader du groupe est celui qui avait évoqué l’existence d’un berger ayant vu les affaires en octobre 2013. Il n’a pas été auditionné, il devrait l’être  prochainement
-          Le berger qui avait été indiqué comme clairement identifié en juin 2014 par l’Ambassade n’est finalement pas connu et ne le sera jamais nous dit-on maintenant
 
Les autorités indiennes et françaises concluent à la certitude de l’accident de montagne même si les corps de nos deux enfants n’ont pas été retrouvés.
 
Nous parents continuons malgré tout à nous interroger sur différents points :
-          L’absence totale d’information concernant François-Xavier
-          La découverte de toutes les affaires de Valentin sans son corps et ce malgré les explications mises en avant dans les rapports.
-          Tous les éléments découverts à la fin de mon voyage en Inde (9 mois après la disparition des jeunes) de manière soudaine, inattendue et sans véritable explication cohérente concernant le contexte de la découverte
-          Les trois trekkeurs déclarent leur départ au commissariat un jour et rapportent le sac et la chaussure dès le lendemain. Ils retournent sur la zone quelques jours après et ramènent rapidement les vêtements
-          L’un des trekkeurs ayant découvert les affaires avait participé au trek que j’ai effectué pendant 5 jours avec mes amis  sur les pas de Valentin. Il n’y fait pas référence dans son audition.
-          Il est supposé la chute de Valentin dans le torrent et son corps déshabillé par la force de l’eau, cela est-il réellement possible ? et si tel était le cas comment expliquer que les vêtements soient retrouvés ensemble à un même niveau et 400 m plus bas le sac et la chaussure également groupés. Un tel débit d’eau ajouté à la forte pente laisseraient penser que les vêtements devraient être retrouvés éparpillés dans différents lieux.
-          L’état de conservation convenable des vêtements est-il réellement compatible avec l’exposition aux intempéries pendant 9 mois à 3000 m d’altitude (neige, eau , soleil)?
-          A l’exception de la ceinture du pantalon et d’un bout de manche de la veste, les vêtements ne semblent pas déchirés (observations détaillées de chacun des vêtements  à partir des photos). Un guide de haute montagne que nous avons contacté à ce sujet pointe l’incohérence entre le déshabillage d’un corps par l’eau et le fait que les vêtements soient retrouvés entiers et peu déchirés (hormis le pantalon). Il indique que dans cette hypothèse les vêtements devraient être déchiquetés et en lambeaux.
-          L’existence d’un berger à l’origine de la découverte des affaires « clairement identifié » en juin 2014 nous dit le consulat et qui à ce jour n’est pas connu et ne peut être auditionné
-          La nécessité de l’audition du 3° trekkeur nommé comme le leader du groupe et qui n’a pas été entendu à ce jour. Son témoignage est essentiel au regard de la reconstitution des évènements ayant amené à la découverte du sac à dos et des vêtements.
-          Le rapport reçu ne fait pas référence au livre qui se trouvait dans le sac. La photo de ce livre montre un livre entier, pages attachées, humidifié en bordure et avec des caractères apparemment lisibles. Cela est-il compatible avec un séjour prolongé dans l’eau ?
-          La carte mémoire de l’appareil photo n’est pas endommagée. Cela est-il possible ? Nous sommes heureux d’avoir toutes les photos prises par Valentin en Inde.
-          Les dernières photos prises par Valentin montrent qu’ils sont sur un sommet (entre Indhara Pass et le  Mon Peak) à  12h30 heure locale. Le temps est devenu très couvert, ils ne pouvaient vraisemblablement pas monter au Mon Peak, ils ont dû commencer la descente, aucune photo de la descente n’a été faite. L’appel au 112 est indiqué à 18h30, au moins l’un des deux jeunes était donc vivant à ce moment. Que s’est-il passé entre 12h30 et 18h30, temps nécessaire pour effectuer la descente ? Ils auraient donc été en difficulté à 18h30 et devaient logiquement se trouver à plus basse altitude. Pourquoi avoir appelé le 112 qui ne fonctionne pas en Inde alors qu’ils avaient avec eux le n° de secours local.
-          Nous sommes surpris que les survols des deux d’hélicoptères, malgré les zones d’ombre indiquées, n’ont pas permis de voir toutes les affaires au sol.
 
Nous avons demandé au Ministère que toutes les affaires de Valentin nous soient retournées.
 
Nous continuons à chercher des réponses à toutes ces questions .
Il nous est dit que tous les éléments observés sont compatibles avec la thèse de la chute en montage qui est une hypothèse probable, mais dont nous n’avons pas de véritables preuves.
 
Compte-tenu du manque de cohérence évoqué dans les questions posées précédemment, nous ne pouvons exclure d’autres hypothèses telles que l’enlèvement, la criminalité ou la retenue sous contrainte.
 
Nous devons poursuivre les recherches de Valentin et François-Xavier en sachant que les autorités indiennes et françaises considèrent avoir terminé leur mission.
 
Nous avons décidé, avec les parents de François-Xavier, de verser la moitié de la récompense soit 100 000 roupies, aux trois trekkeurs suite à ce qu’ils ont rapporté. Nous verserons l’autre moitié dès que de nouveaux indices nous seront transmis.
 
Nous nous préparons à nous rendre en Inde à tout moment.
 
Pour nous aider dans nos recherches vous pouvez nous communiquer vos commentaires, appréciations et suggestions sur la situation. Nous vous en remercions.

Posté par YM Mousset à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2014

Research for Valentin and François-Xavier : the last expedition gave no convincing result

As the Crisis unit of the Foreign Affairs Ministry had committed to it,  an expedition of research for Valentin and François-Xavier was organized by the competent Indian authorities from 16 till 20 September 2014.
The explored zone is situated along  the river Manji, from Khaniara up to the glacier at the foot of Mon Peak, where Valentin’s effects were found in June, 2014.
This team was constituted by  30 people : 13 people of the National Disaster Response Force, three policemen, four people of the Homeguard and several trekkers. These people have a specific equipment and an expertise to lead such an expedition.

This last expedition gave no convincing result: no track of bodies nor new indications in spite of the detailed zone.


We are waiting  for an official report of this expedition.
The results of the scientific analyses of the telephones of our young people and the shoe of Valentin by the Indian scientific police should be soon transmitted to us.

It is now  absolutely necessary to lead an investigation. This investigation is essential and must be gone deeper into,  to explore all the hypotheses. Indeed, in spite of important researches, our two sons were not still found. We must know that happened to them.

We stay in connection with the Crisis unit  of Foreign Affairs Ministry and We hope that the current investigation will bring to us,  concrete and coherent answers with regard to the elements which are in our ownership.

 

Posté par YM Mousset à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2014

Résultat de l'expédition de recherche de Valentin et François-Xavier

Comme la Cellule de Crise du Ministère des Affaires Etrangères s'y était engagée une expédition de recherche de Valentin et François-Xavier a été organisée par les autorités indiennes compétentes du 16 au 20 septembre 2014.

La zone explorée est celle de la rivière Manji, de Khaniara jusqu’au glaciers au pied du Mon Peak, là où les affaires de Valentin ont été trouvées en juin 2014.

L' équipe de recherche était composée de 30 personnes à savoir des spécialistes du National Disaster Response Force, des policiers, des personnes du Homeguard et des trekkeurs. Cette équipe avait l'expertise et le matériel pour mener les recherches.

Cette dernière expédition n'a donné aucun résultat probant: pas de trace de corps, ni de nouvel indice malgré la zone fouillée.

Nous attendons un compte-rendu de l'expédition.

Les résultats des analyses scientifiques des téléphones des jeunes et de la chaussure de Valentin par la police scientifique indienne devraient nous être transmis prochainement.

Désormais l'enquête devient primordiale; elle doit être approfondie et prendre une orientation nouvelle compte-tenu de l'absence de découverte des corps de nos enfants dans la zone où ont été trouvées leurs affaires.

Nous restons en lien avec la Cellule de Crise du Ministère des Affaires Etrangères et nous espérons que l'enquête en cours apportera de la cohérence et du sens à l'ensemble des éléments en notre possession.

 

 

Posté par YM Mousset à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2014

16 septembre départ de l'expédition de recherche

Nous venons d'être informés par le Ministère des Affaires Etrangères du départ d'une expédition de recherche pour retrouver Valentin et François-Xavier dans la zone de découverte des affaires de Valentin en juin 2014.

Cette équipe est partie mardi 16 septembre pour une durée de cinq jours. Elle est composée d'une vingtaine de personnes dont plusieurs spécialistes de recherche en haute montagne.

Nous attendions depuis juillet cette expédition qui, nous l'espérons, devrait apporter des réponses à nos interrogations.

 

 

 

Posté par YM Mousset à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2014

Things have to move

September the 1st is arrived and we have still no more information concerning the disappearance of Valentin and François-Xavier.

The Foreign Affairs Ministry ensured us that researches would be undertaken during September by competent Indian Authorities in the area where personal effects of Valentin were discovered. This zone is situated along Manji River, below Mon Peak. The authorities told us it was the best moment to carry out researches. Indeed, monsoon must be ended, so that snow is melted and the flow of the river is less strong.

Authorities think Valentin and François-Xavier would have lethally flopped in a glacier. The river which pours down this glacier would have undressed the body of Valentin and pulled his clothes further.

We expect much of this exploration which must take place from the village of Khaniara up to the Mon Peak glacier. We absolutely have to find the bodies of Valentin and François-Xavier. The place where Valentin’s effects were discovered would seems to prove us that they probably could have fallen and died in this area. In the middle of June, trekkers which bought back Valentin’s effects, spent a few hours to reach this zone.

We also expect the result of the investigations on our boys’ mobile phones and on the camera and the right shoe of Valentin. This could explain what it happened and in which area were our boys. The camera of Valentin was found and the memory card is perfectly readable. The few pictures which were transmitted to us, were taken by Valentin during the ascent towards Inderhara Collar.

Today, it has been more than a year since they disappeared.

Indian authorities carried out unsuccessfully researches last year, in spite of important deployed resources.

In may 2014, with François-Xavier’s parents, we financed a private expedition with experimented trekkers. This expedition investigated the Naddy valley, also unsuccessfully.

The bag of Valentin and his right shoe were bought back to the Indian police, by 3 indian trekkers,  the day before I left India. Five days later, the same persons, accompanied by policemen, bought back the jacket, the polar and the trousers of Valentin. No boby was found, no personal effect of François-Xavier was found, except his mobile phone and binoculars that were in Valentin’s bag.

This stressing situation is disconcerting and very difficult to live. We have the feeling that the whole information is not given to us.

As parents, we have the right and the need to find our sons. We don’t give up. The French government  doesn’t give up its citizens.

We have to make things happen with Indian authorities. The mystery of the disappearance of Valentin and François-Xavier in river valley of Manji has finally to be clarified. If nothing is found there, then, it’s absolutely necessary to seek somewhere else and consider other hypothesis.

Posté par YM Mousset à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2014

1° septembre : il faut que cela bouge

Nous sommes le 1° septembre 2014 et pour le moment nous n’avons malheureusement aucune information nouvelle concernant la disparition de Valentin et François-Xavier.

Le Ministère des Affaires Etrangères nous a assuré que des recherches par les autorités indiennes compétentes se feront au cours de ce mois de septembre sur la zone de découverte des affaires de Valentin, le long de la rivière Manji en dessous du Mon Peak.
Il s’agit, nous a-t-on dit, du meilleur moment pour les réaliser car la mousson doit être terminée, la neige aura fondu sur la zone et le débit de la rivière sera moins important.

Pour les autorités, les deux jeunes auraient chuté mortellement dans un glacier et la rivière qui coule en dessous de ce glacier aurait déshabillé le corps de Valentin et entrainé ses vêtements en aval.

Nous attendons beaucoup de cette exploration depuis le village de Khaniara jusqu’au glacier au pied du Mon Peak. Il faut absolument retrouver les corps de Valentin et François- Xavier s’ils ont chuté et s’ils sont morts dans cette zone comme voudrait le montrer le lieu de découverte des affaires de Valentin. A la mi-juin les trekkers qui ont ramenés les affaires ont mis quelques heures pour atteindre cette zone.

Nous attendons aussi le résultat des investigations sur les téléphones portables des jeunes ainsi que sur l’appareil photo et la chaussure de Valentin. Cela pourrait donner des indications sur ce qui a pu se passer et sur les secteurs empruntés par les deux jeunes. Les quelques photos qui nous ont été transmises et qui ont été prises par Valentin lors de la montée vers le col d’Inderhara Pass sont très nettes et montrent que la carte de l’appareil photo est parfaitement lisible.

Aujourd’hui cette disparition inquiétante date de plus d’un an.

Des recherches ont été faites par les autorités indiennes l’année dernière à pareille époque, sans succès malgré les moyens importants qui ont été mis en œuvre. En mai 2014, une expédition privée que nous avons financée avec les parents de François-Xavier, composée de trekkers expérimentés, a exploré la vallée qui mène à Naddi, également sans succès.

Le sac de Valentin et sa chaussure droite ont été apportés à la police indienne la veille de mon départ d’Inde le 13 juin 2014 par trois trekkers indiens. Cinq jours plus tard, les mêmes personnes, accompagnées de policiers, rapportaient la veste, la polaire et le pantalon de Valentin mais sans les corps ! Aucune affaire de Francois-Xavier n’a été retrouvée autre que le téléphone et ses jumelles qui étaient dans le sac de Valentin.

Tout cela est très troublant et pour nous très difficile à comprendre et à vivre. Nous avons le sentiment que dans cette disparition des informations sont sues mais non dites.  

En tant que parents nous avons le droit et la nécessité de retrouver nos deux jeunes. Nous n’abandonnerons pas. L’Etat français n’abandonne pas ses ressortissants.

Avec les autorités indiennes il faut absolument que les choses bougent en ce mois de septembre 2014 et que le mystère de cette disparition dans la vallée de la rivière Manji soit enfin élucidé où alors il faudra rechercher ailleurs et envisager d’autres hypothèses.

Posté par YM Mousset à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]